HISTORIQUE DES BANDES DE FRÉQUENCES

HF & VHF

DISPONIBLES AUX RADIOAMATEURS

En France Métropolitaine

Accueil

Je recherche la date exacte (jour et mois) où la limite supérieure de la bande 40m a été réduite de 7200 kHz à 7150 kHz après l'appalication de la Conférence d'Atlantic City 1947 en France (après le 15 juillet 1952).

Mail : préfixe @ suffixe

préfixe : hoernsth

suffixe : hfree.frh

Enlever les h


Même à l'heure d'internet, la radio conserve un attrait suffisant pour que quelques passionnés continuent à vouloir écouter des stations lointaines avec leur propre matériel, à établir des contacts bilatéraux avec leur station d'émission réception, voir parfois à fabriquer de toutes pièces un récepteur ou un émetteur. Entendre une station du Brésil ou des USA avec son propre matériel, sans relais, contacter un amateur de Russie reste une source légitime de satisfaction.


Toute émission radioélectrique est caractérisée par sa fréquence. Les émissions radioamateurs ne peuvent se faire que dans des bandes étroites de fréquences. Depuis la première autorisation donnée à un radioamateur (A. RISS de Boulogne sur mer) le 3 septembre 1921 (1), les fréquences autorisées ont été fréquemment modifiées. Jusqu'en 1929, les amateurs pouvaient utiliser toutes les longueurs d'onde inférieures à 200 mètres c'est-à-dire les fréquences supérieures à 1,5 MHz. L'intérêt des ondes courtes devenant de plus en plus net, il fallut organiser ces hautes fréquences. Une conférence internationale, réunie à Washington en 1927, proposa le premier plan de fréquences pour les ondes 1,5 à 60 MHz, qui imposa aux radioamateurs des bandes extrêmement étroites. Ce sont les bandes historiques de radioamateurs. Ce plan fut mis en place le 1 janvier 1929 (2).

1929



Longueurs d'onde

Fréquences


175 à 150 m

1715 à 2000 kHz

Mobiles Fixes Amateurs

85 à 75 m

3500 à 4000 kHz

Mobiles Fixes Amateurs

42,8 à 41 m

7000 à 7300 kHz

Amateurs

21,4 à 20,8 m

14000 à 14400 kHz

Amateurs

10,7 à 10 m

28000 à 30000 kHz

Amateurs Expériences

5,35 à 5 m

56000 à 60000 kHz

Amateurs Expériences


La conférence de Madrid en 1932 ne modifia pas les fréquences pour les amateurs (3,4,5). La guerre approchant, le besoin de nouvelles fréquences pour la radiodiffusion de propagande devenait important. La conférence internationale du Caire en 1938 amena donc une première diminution des fréquences disponibles aux amateurs (6,7). Ce plan n'a quasiment pas été appliqué en France. En effet, il fut mis en vigueur le 1er septembre 1939 (8) et quelques jours après l'émission d'amateurs était interrompue du fait de la déclaration de guerre.

1 septembre 1939



Longueur d'onde approximative

Fréquences


160 m

1715 à 2000 kHz

Amateurs Fixes (sauf de 1925 à 2000 kHz) Mobiles Maritimes

80 m

3500 à 3635 kHz

Amateurs Mobiles Fixes

80 m

3685 à 3950 kHz

Amateurs Mobiles Fixes

40 m

7000 à 7200 kHz

Amateurs

20 m

14000 à 14400 kHz

Amateurs

10 m

28000 à 30000 kHz

Amateurs Expériences

5 m

58500 à 60000 kHz

Amateurs Expériences Postes de petite puissance

Remarque : Dans la conférence internationale du Caire, le segment 7200 à 7300 kHz était attribué aux radioamateurs et à la radiodiffusion. Cela n'apparaît pas dans la réglementation française. De façon similaire, des notes de bas de page autorisaient les gouvernements à permettre l'émission d'amateur entre 56000 et 58500 kHz et 112 à 120 MHZ. La encore cela n'apparait pas dans la réglementation. L'administration française avait donc déjà l'habitude d'interpréter a minima les directives internationales en ce qui concerne les fréquences amateurs.


Le drame de la Seconde Guerre Mondiale empêcha pendant plus de 6 ans toute émission d'amateur en France. En janvier 1946, l'émission était de nouveau autorisée, mais avec des bandes de fréquences réduites (10).

1 janvier 1946


Longueur d'onde approximative

Fréquences

20 m

14000 à 14400 kHz

10 m

28000 à 30000 kHz

5 m

58500 à 60000 kHz


Dès le 1er décembre 1946, les bandes des 80 m et des 40 m furent de nouveau mises à la disposition des radioamateurs, mais de façon partielle (11).

1 décembre 1946


Longueur d'onde approximative

Fréquences

80 m

3500 à 3625 kHz

40 m

7000 à 7200 kHz

20 m

14000 à 14400 kHz

10 m

28000 à 30000 kHz

5 m

58500 à 60000 kHz


Après la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, une nouvelle Convention Internationale des Télécommunication était nécessaire. La réunion eut lieu aux États-Unis à Atlantic City en 1947 (12). Ses résultats ne pouvaient être que défavorables pour les radioamateurs. En effet, un système mondial de radio-localisation aérienne LORAN (LOng RAnge Navigation) utilisant des fréquences de 1750 à 1950 kHz avait été mis en place par les alliés durant la guerre. Ce système ne sera arrêté qu'au 31 décembre 1980. La bande des 160 m ne pouvait donc que disparaître pour les radioamateurs. Cependant, de façon surprenante, la radio localisation n'était autorisée dans cette bande que pour les régions 2 et 3 de l'UIT (Amérique et Asie) mais l'émission d'amateur restait théoriquement possible d'après la convention internationale. Pour la région 1 (Europe et Afrique), il n'était prévu ni radio-localisation ni radioamateur sur cette bande. Par une note de bas de page, certains pays comme les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Suisse, l'Autriche et l'Irlande se conservaient la possibilité d'autoriser les stations d'amateur de moins de 10 W. En France, cette bande fut utilisé par les stations maritimes. Par ailleurs, le trafic des stations fixes ou mobiles et le développement de la radiodiffusion en ondes courtes ne pouvaient qu'aboutir à une diminution des bandes amateurs historiques. Toutefois, par compensation des pertes fut introduite une nouvelle bande entre 21000 et 21450 kHz (15 m). Du côté des VHF, les anciennes bandes sont supprimées. Une bande est créée au niveau mondial entre 144 et 146 MHz (2 m). Une deuxième bande est créée uniquement pour les radioamateurs français et soviétiques de 72 à 72,8 MHz (4m) par une note de bas de page. L'application de cette convention ne sera complètement effective en France qu'en fin d'année 1952.


La première mesure sera, en France métropolitaine, l'ouverture des bandes des 4 m et 2 m au 1er juillet 1948 (13).

1 juillet 1948


Longueur d'onde approximative

Fréquences

80 m

3500 à 3625 kHz

40 m

7000 à 7200 kHz

20 m

14000 à 14400 kHz

10 m

28000 à 30000 kHz

5 m

58500 à 60000 kHz

4 m

72 à 72,8 MHz

2 m

144 à 146 MHz


Puis, logiquement la suppression du 5 m au 1er janvier 1949 (14).

1 janvier 1949


Longueur d'onde approximative

Fréquences

80 m

3500 à 3625 kHz

40 m

7000 à 7200 kHz

20 m

14000 à 14400 kHz

10 m

28000 à 29700 kHz

4 m

72 à 72,8 MHz

2 m

144 à 146 MHz


Suivi de l'extension en Avril 1950 de la bande des 80 m (15).

1 avril 1950


Longueur d'onde approximative

Fréquences

80 m

3500 à 3800 kHz

40 m

7000 à 7200 kHz

20 m

14000 à 14400 kHz

10 m

28000 à 29700 kHz

4 m

72 à 72,8 MHz

2 m

144 à 146 MHz


Et, à la fin de l'année 1952, l'application française de la conférence d'Atlantic City avec l'importante réduction des bandes historiques (16).


Bandes 1952



Fin 1952



Longueur d'onde approximative

Fréquences


80 m

3500 à 3800 kHz

Amateurs Fixes Mobiles

40 m

7000 à 7150 kHz

Date exacte non retrouvée

Amateurs

Radiodiffusion (7100 à 7150 kHz)

20 m

14000 à 14350 kHz

Amateurs

15 m

21000 à 21450 kHz

Amateurs

10 m

28000 à 29700 kHz

Amateurs

4 m

72 à 72,8 MHz

Fixes Mobiles Amateurs

2 m

144 à 146 MHz

Amateurs


Une nouvelle Conférence Administrative Mondiale des Télécommunications eut lieu en 1959 à Genève. Les besoins de fréquence étaient toujours plus importants, en particulier du fait de la guerre froide. Les bandes radioamateurs ne pouvaient donc que se réduite encore. Elle était appliquée en France métropolitaine, dès mai 1961. Jamais les bandes amateurs décamétriques et VHF n'avaient été aussi étroites. En particulier, la bande des 40 m était réduite à une peau de chagrin et la bande des 4 m disparaissait purement et simplement (17,18,19).


1 mai 1961



Longueur d'onde approximative

Fréquences


80 m

3500 à 3800 kHz

Partagée (Fixes Mobiles)

40 m

7000 à 7100 kHz

Exclusive

20 m

14000 à 14350 kHz

Exclusive

15 m

21000 à 21450 kHz

Exclusive

10 m

28000 à 29700 kHz

Exclusive

2 m

144 à 146 MHz

Exclusive


Les radioamateurs ne pouvaient se contenter d'un tel tableau de fréquences. Malheureusement, il fallut attendre 20 ans pour qu'ait lieu une nouvelle Conférence Administrative Mondiale des Télécommunications, à Genève en 1979. Les associations de radioamateurs préparèrent donc de façon intensive cette conférence (21). Quelques avancées eurent même lieu avant cette conférence. En France métropolitaine, le 160 m était ainsi autorisé sur la fréquence unique de 1826 kHz le 8 mars 1977 (20). La conférence se déroula de façon favorable pour les radioamateurs, même si les espérances étaient encore supérieures. Trois nouvelles bandes décamétriques (30 m, 17 m, 12 m) furent accordées aux radioamateurs. La nouvelle réglementation fut mise en place le 1er janvier 1982 (22,23,24).


1 janvier 1982



Longueur d'onde approximative

Fréquences


160 m

1830 à 1850 kHz

Primaire

80 m

3500 à 3800 kHz

Partagée égalité de droit

40 m

7000 à 7100 kHz

Exclusive

30 m

10100 à 10150 kHz

Secondaire

20 m

14000 à 14350 kHz

Exclusive

17 m

18068 à 18168 kHz

Exclusive

15 m

21000 à 21450 kHz

Exclusive

12 m

24890 à 24990 kHz

Exclusive

10 m

28000 à 29700 kHz

Exclusive

2 m

144 à 146 MHz

Exclusive


Après l'application de la convention de 1979, il restait 3 problèmes sur lesquels les associations radioamateurs vont agir avec un succès certain, mais encore imparfait à 3 décennies de distance. Il s'agit de l'élargissement des bandes 160 m et 40 m ainsi que de l'ouverture d'une bande VHF basse. La conjoncture est favorable avec la fin de la guerre froide, le transfert progressif du trafic radio à longue distance des ondes courtes aux réseaux satellites, l'apparition de la géolocalisation par satellite, et la disparition annoncée de la télévision des gammes VHF.


Le 21 mars 1988 est accordée une ouverture partielle d'une gamme VHF basse de 50200 kHz à 51200 kHz (25). Cette autorisation est cependant nominative, souvent de faible puissance avec de larges régions interdites. Le 13 mars 1998 est accordé un faible élargissement de 1810 à 1830 kHz avec statut secondaire et le segment 1830 à 1850 kHz devient exclusif (26). Il ne faut plus d'autorisation nominative pour l'émission entre 50200 et 51200 kHz, mais de nombreuses restrictions de lieu et de puissance persistent (26). Enfin, le 2 juillet 2000 est créée une nouvelle bande de fréquence basse et la portion 1810 à 1830 kHz devient primaire (27).

2 juillet 2000



Longueur d'onde approximative

Fréquences


2200 m

135,7 à 137,8 kHz

Secondaire

160 m

1810 à 1830 kHz

Primaire

160 m

1830 à 1850 kHz

Exclusive

80 m

3500 à 3800 kHz

Partagée égalité de droit

40 m

7000 à 7100 kHz

Exclusive

30 m

10100 à 10150 kHz

Secondaire

20 m

14000 à 14350 kHz

Exclusive

17 m

18068 à 18168 kHz

Exclusive

15 m

21000 à 21450 kHz

Exclusive

12 m

24890 à 24990 kHz

Exclusive

10 m

28000 à 29700 kHz

Exclusive

6 m

50200 à 51200 kHz

Secondaire, avec restrictions

2 m

144 à 146 MHz

Exclusive


En 2003 eut lieu une nouvelle Conférence Mondiale des Radiocommunications au siège de l'UIT à Genève. Un élargissement de la bande des 40 m, de 7100 à 7200 kHz, a enfin été décidé, pour une mise en application le 29 mars 2009.Un délai de six années était un peu trop court pour que l'administration française puisse appliquer cette décision, qui n'entra donc dans les faits que le 30 juin 2010 (28). Cette avancée a été suivie le 7 mars 2013, soit 25 ans après les premières autorisations, d'une ouverture complète de la bande 50 MHz (50,000 à 52,000 MHz), sans restriction géographique (29).


7 mars 2013


France Métropolitaine

Longueur d'onde approximative

Fréquences


2200 m

135,7 à 137,8 kHz

Secondaire

160 m

1810 à 1850 kHz

Primaire

80 m

3500 à 3800 kHz

Partagée égalité de droit

40 m

7000 à 7200 kHz

Primaire

30 m

10100 à 10150 kHz

Secondaire

20 m

14000 à 14350 kHz

Primaire

17 m

18068 à 18168 kHz

Primaire

15 m

21000 à 21450 kHz

Primaire

12 m

24890 à 24990 kHz

Primaire

10 m

28000 à 29700 kHz

Primaire

6 m

50000 à 52000 kHz

Secondaire

2 m

144 à 146 MHz

Primaire



La Conférence Mondiale des Radiocommunications de 2012 a attribué la bande des 630 m à titre secondaire aux radioamateurs. Le 12 mars 2014, cette bande de 472 kHz à 479 kHz est donc autorisée aux amateurs français (30).



12 mars 2014


France Métropolitaine

Longueur d'onde approximative

Fréquences


2200 m

135,7 à 137,8 kHz

Secondaire

630 m
472 à 479 kHz
Secondaire

160 m

1810 à 1850 kHz

Primaire

80 m

3500 à 3800 kHz

Partagée égalité de droit

40 m

7000 à 7200 kHz

Primaire

30 m

10100 à 10150 kHz

Secondaire

20 m

14000 à 14350 kHz

Primaire

17 m

18068 à 18168 kHz

Primaire

15 m

21000 à 21450 kHz

Primaire

12 m

24890 à 24990 kHz

Primaire

10 m

28000 à 29700 kHz

Primaire

6 m

50000 à 52000 kHz

Secondaire

2 m

144 à 146 MHz

Primaire



Les besoins prioritaires en 2015 pour la France métropolitaine restent donc presque les mêmes qu'en 1982, à l'exception du 50 MHz. Il s'agit de l'extension de la bande des 160 m de 1850 à 2000 kHz et de l'extension de la bande des 40 m jusqu'à 7300 kHz.


Olivier Ernst

F5LVG


Bibliographie


1 La TSF moderne Juin 1922 p 298

2 La TSF moderne mars 1929 p 189

3 Radio-REF Mars 1932 p82 J. Lory F8DS

4 Radio-REF Avril 1932 p124-118 J. Lory F8DS

5 Radio-REF Juillet 1933 p 384

6 Radio-REF Juin 1938 p279-281

7 Radio-REF Aout-Septembre 1938 p448-452 Robert Larcher F8BU

8 Radio-REF Septembre 1939 p453

10 Radio-REF Janvier-Mars 1946 p2 Robert Larcher F8BU

11 Radio-REF Octobre-Décembre 1946 p178

12 Radio-REF Mai-Juin 1948 p142-147 Robert Larcher F8BU

13 Radio-REF Septembre-Octobre 1948 p298 Louis Botton F3CA

14 Radio-REF Mars 1949 p79

15 Radio-REF Avril 1950 p222

16 Radio-REF Octobre-Novembre 1952 p503

17 Radio-REF Janvier 1960 p37

18 Radio-REF Juin 1961 p357 R. Brochut F9VR

19 Radio-REF Juin 1961 p392 Pierre Plion F9ND

20 Radio-REF Avril 1977 p273 Jean Coussi F9FF

21 Monographie « Le service radio d'amateur » 1978 Jean Denimal F8EX

22 Radio-REF Janvier 1980 p5-8 Jean Coussi F9FF

23 Radio-REF Mars 1980 p213-217

24 Radio-REF Janvier 1982 p58 Jacques Hodin F3JS

25 Guide du Radioamateur Direction Générale des Postes et Télécommunications 1995

26 Journal Officiel de la République Française 13 mars 1998 p3778-3779

27 Journal Officiel de la République Française 2 Juillet 2000 p10057

28 Journal Officiel de la République Française 30 Juin 2010 Texte 118 sur 196

29 Journal Officiel de la République Française 7 mars 2013 Texte 72 sur 111


30 Journal Officiel de la République Française 12 mars 2014 Texte 62 sur 102


Références 1 à 28 en pdf 140 Mo

Référence 29

Référence 30

Convention radiotélégraphique internationale. Règlement général et règlement additionnel et annexes (Washington, 1927)

1927


Convention internationale des télécommunications (Madrid, 1932)

1932


Règlement général des radiocommunications (révision du Caire, 1938)

1938


Règlement des radiocommunications annexé à la Convention internationale des télécommunications (Atlantic City, 1947)

1947